Conformité04 septembre, 2020

Les coordinateurs environnementaux estiment que la direction n'est pas suffisamment impliquée dans la transition vers la norme ISO 14001

Vous trouverez ci-dessous le résultat d'une petite enquête menée auprès de 30 coordinateurs environnementaux de différents secteurs afin de déterminer si les domaines problématiques pour la certification de la nouvelle norme ISO 14001 identifiés par les audits externes correspondent à ce que pensent les coordinateurs environnementaux.

Problèmes liés au passage à la norme ISO 14001

Problèmes sorti de l'enquête Problèmes liés aux audits externes
1. Implication de la direction dans le processus de transition vers la nouvelle norme ISO 14001.

1. L'analyse du contexte est effectuée de manière trop limitée par la méthode PEST et le lien avec l'environnement est insuffisant.
2. Approche du cycle de vie ("comment inclure dans l'analyse des aspects environnementaux", "jusqu'où faut-il aller", "comment élaborer", etc.)




2. Les besoins et les attentes des parties prenantes sont souvent très généraux. Les besoins et les attentes d'une multitude de clients ou de fournisseurs peuvent avoir une importance différente. Cela devrait se refléter dans l'analyse des parties prenantes.
3. Connaissance insuffisante de la norme ("nouvelle façon de penser", "formation", "formation de nouveaux auditeurs", ...). 3. La communication avec les parties prenantes sur l'environnement n'est pas suffisamment développée. Il n'y a pas de communication avec les parties prenantes sur les performances environnementales.

4. Risques et opportunités : jusqu'où faut-il aller, difficultés à définir les opportunités (les coordinateurs environnementaux sont plus familiers avec les risques mais moins avec les opportunités).

4. Le système de management environnemental ne prévoit pas ou insuffisamment qui (ré)évalue le champ d'application et quand.
5. Absence d'une approche de processus. 5. Seuls les risques sont pris en compte et les opportunités sont oubliées, l'approche du risque primant sur les mesures préventives. La distinction entre les risques spécifiques au contexte, les risques au niveau des processus et les risques au niveau opérationnel via l'analyse des aspects environnementaux est insuffisante.

6. Déterminer les besoins et les attentes des parties prenantes. 6. La réflexion sur le cycle de vie est absente ou limitée dans l'analyse des aspects environnementaux. Il n'y a pas d'approche du cycle de vie dans la conception et le développement, l'achat, l'emballage, le transport, la fin de vie.

7. Déterminer les questions internes et externes, analyse du contexte. 7. La gestion des compétences n'est pas suffisamment présente. Les compétences des employés sous autorité, des entrepreneurs et des contractants ne sont pas prévues dans le système de gestion de l'environnement. Il ne s'agit pas seulement d'éducation et de formation.

8. Mise en œuvre dans l'organisation ("flow down", "get everyone on board", etc.). 8. Les processus sont insuffisamment définis. Les audits internes sont trop souvent des inspections de services et non de processus. Les auditeurs internes n'ont pas une connaissance suffisante de la nouvelle norme. Aucun audit interne n'a été effectué selon la nouvelle norme, ou alors de manière insuffisante.

9. Communication interne et externe ("comment communiquer avec les parties prenantes", ...). 9. Les points de la revue de direction ne sont pas les seuls à être abordés. Cela est particulièrement vrai pour l'évaluation des actions en réponse aux risques et aux opportunités ou aux changements dans les besoins et les attentes des parties prenantes.

10. Temps de transition insuffisant. 10. le système de management environnemental ne prévoit pas suffisamment qui, quoi, où et quand communiquer, tant en interne qu'en externe

Que pouvons-nous en retenir ?

Certains éléments tels que l'analyse du contexte et l'analyse des risques sont souvent considérés comme des problèmes similaires.

Des éléments tels que la gestion des compétences des employés sous autorité, la détermination du champ d'application, la communication des performances du système de management environnemental ou l'exhaustivité de la revue de direction ne sont pas ou seulement rarement mentionnés par les coordinateurs environnementaux, mais apparaissent comme des domaines problématiques dans les audits externes.

Le principal problème pour les coordinateurs environnementaux dans la mise en œuvre de la nouvelle norme ISO 14001 est l'implication de la direction dans la transition, ce qui apparaît moins souvent dans les audits externes.

L'approche du cycle de vie est également souvent considérée comme problématique par les coordinateurs environnementaux : jusqu'où devons-nous aller dans ce domaine, quand l'auditeur externe sera-t-il satisfait, comment devons-nous l'inclure dans l'analyse des aspects environnementaux ? Je le remarque également lors des audits externes.

Un autre problème important est la connaissance de la nouvelle norme et l'absence d'une approche par processus.

Les nouveaux éléments du système tels que l'analyse du contexte ou l'analyse des parties prenantes ne ressortent pas - et c'est surprenant - de l'enquête des coordinateurs environnementaux comme étant les principaux problèmes de la transition de l'ancienne version de la norme à la nouvelle. La mise en œuvre et la communication doivent également bénéficier d'une certaine attention, ainsi que d'un délai suffisant pour la transition.

Conclusion

La direction doit être davantage impliquée dans le processus de transition. Il est possible que certains coordinateurs environnementaux aient le sentiment d'avoir été laissés à eux-mêmes pendant la transition vers la nouvelle version de la norme ISO 14001.

L'approche du cycle de vie et l'approche du risque sont nouvelles pour les coordinateurs environnementaux, et ils ne savent pas trop comment les aborder dans leur organisation. Le partage des connaissances est également une question importante : les coordinateurs environnementaux souhaitent davantage de partage des connaissances, notamment sur la nouvelle norme ISO 14001. Les organisations sectorielles, les instituts de formation et les associations de coordinateurs environnementaux peuvent en profiter.

Auteur : Jan Dillen / senTRAL