ElectroSafe_arcflash
Conformité28 janvier, 2021

Comment choisir l’équipement le plus adapté contre les arcs électriques ?

Les équipements de protection contre les arcs électriques sont soumis à des exigences très strictes concernant les matériaux utilisés en matière d’isolation thermique et la réaction en cas de contact avec des flammes. Et c’est une bonne chose, car un arc électrique peut avoir de sérieuses conséquences.

Les équipements de protection contre les arcs électriques relèvent de la catégorie III : risques impliquant des conséquences irréversibles. Sur son site, le fabricant Vandeputte Safety Expert a publié un article compilant cinq conseils pour composer un kit de vêtements de protection efficaces contre les arcs électriques pour vos collaborateurs. En voici un résumé.
Pour rappel
Un arc électrique (ou arc flash) est une décharge électrique de courant à haute (ou basse) tension entre des pièces conductrices. Les ouvriers sont particulièrement exposés à de tels risques lors de la maintenance d’installations électriques. Un arc électrique est souvent causé par une erreur humaine, comme la chute d’outils sur des pièces sous tension de l’installation.
Le courant libéré par un arc électrique provoque une explosion et un dégagement d’une importante quantité d’énergie thermique, dans laquelle le transfert de chaleur peut atteindre des températures extrêmement élevées (jusqu’à 20 000 °C). Cela peut entraîner des brûlures graves et même mortelles pour les travailleurs.
C’est pourquoi le port d’une protection supplémentaire en plus de l’EPI classique est une exigence importante lors de travaux sur des installations électriques. Les vêtements de protection contre les risques thermiques lors d’un arc électrique doivent être conformes à la norme EN IEC 61482, qui comprend deux méthodes de test : le test Box et le test Open Arc. Cependant, outre la protection, ces vêtements de travail doivent remplir certains critères tels que le rapport qualité/prix, le confort et la durabilité.

 

Conseil 1 : Travailler par couches

L’efficacité des vêtements de protection dépend grandement de l’efficacité de chacun des éléments composant la tenue. En ce qui concerne la protection contre les arcs électriques, aucun compromis n’est permis. C’est pourquoi vous devez examiner chaque couche de l’équipement. Et ce, pour deux raisons : d’une part, l’ouvrier ne peut en aucun cas porter d’équipements composés de matériaux en fibres susceptibles de fondre sous sa tenue protectrice, et, d’autre part, chaque couche a un rôle à jouer pour la protection.
Combiner plusieurs couches permet d’obtenir une protection optimale et un confort maximal. En optant délibérément pour des couches distinctes dont vous connaissez le degré de protection, la couche extérieure peut être plus légère et par conséquent, plus confortable. De plus, les couches d’air entre les différents vêtements fournissent une isolation supplémentaire qui contribue également à l’isolation thermique.

 

Conseil 2: Traité ou intrinsèquement retardateur de flamme ?

Pour les vêtements de protection contre les arcs électriques, deux gammes se distinguent : les vêtements traités pour retarder les flammes et les vêtements intrinsèquement retardateurs de flamme.
Les matériaux traités se composent de fibres qui ne sont pas de nature à retarder les flammes. Pendant le processus de production, elles sont traitées avec des produits chimiques et on leur confère des propriétés retardant les flammes. Bien entretenus, ces matériaux sont assez durables. Mais ce traitement spécifique peut également être altéré si les consignes de lavage ne sont pas respectées, ce qui annule leurs propriétés protectrices.
Les fibres intrinsèquement retardatrices de flamme ont naturellement ce type de propriétés. Elles ne les perdent donc pas, même après une utilisation prolongée et intensive.
Si l’usure est faible, comme pour les opérateurs, il est préférable d’acheter des vêtements retardateurs de flamme. La durée de vie de ce vêtement est plus longue, mais il est aussi plus cher à l’achat.
En ce qui concerne les vêtements dont le degré d’usure est élevé, comme pour les soudeurs ou les aiguiseurs, le vêtement sera souvent usé bien avant que le traitement retardateur de flamme soit altéré. Dans ce cas, il est préférable d’opter pour des vêtements traités.

 

Conseil 3 : Retardateur de flamme ≠ protection contre les arcs électriques

On pense souvent que les vêtements de protection contre les arcs électriques protègent autant que n’importe quel type de vêtement retardateur de flamme. Mais ce n’est pas le cas.
Par exemple, il existe les vêtements arc flash dont le niveau de protection est plus élevé que les vêtements retardateurs de flamme. Ces vêtements arc flash sont conçus pour protéger contre le feu, mais également contre une énorme quantité d’énergie thermique.
La notion de « retardateur de flamme » fait surtout référence au caractère auto-extinguible du matériau. Pour une protection optimale contre les arcs électriques, vous aurez également besoin d’une isolation élevée contre la chaleur extrême qui en émane.

 

Conseil 4 : monocouche ou double couche ?

Certains vêtements contre les arcs électriques se composent de deux couches à l’avant et d’une couche à l’arrière. La masse plus élevée d’un tissu double couche offre une meilleure protection qu’une monocouche. Le tissu monocouche est souvent privilégié pour le dos, car il est moins exposé aux risques de brûlure lors d’un arc électrique. De plus un tissu monocouche est plus confortable.

 

Conseil 5 : ne négligez pas les détails

Les exigences relatives à chaque vêtement de protection contre les arcs électriques sont clairement reprises dans la norme. Chaque fabricant fera de son mieux pour rendre le vêtement « arc-flash proof ».
Si vous souhaitez ajouter vous-même quelques accessoires, gardez bien à l’esprit ce qui suit :
Aucun élément métallique ne peut être visible à l’extérieur.
N’ajoutez pas d’accessoire métallique à votre équipement (par exemple, la boucle de votre ceinture).
Vous souhaitez faire floquer un t-shirt, une veste, ou un manteau pour votre personnel ? Demandez alors à la société d’impression si elle propose des logos retardateurs de flamme.
Tous les fils de couture doivent être intrinsèquement retardateurs de flamme et ne peuvent fondre, hormis pour les piqûres non essentielles. Ces conseils s’appliquent également si vous envisagez de réparer vous-même un vêtement.
 
Vous trouverez plus d'infos à ElectroSafe :

Auteur: Geert Van Cauwenberge