télétravail
Conformité15 février, 2021

Les employeurs ne sont pas enthousiastes au télétravail obligatoire

Au début du premier lockdown de l'année dernière, le travail à domicile a été une agréable surprise pour de nombreux employés et employeurs. Mais dix mois plus tard, l'enthousiasme s'est considérablement refroidi. À peine la moitié des employeurs évaluent encore positivement l'expérience du travail à domicile.

En décembre 2020, plusieurs fédérations d'entreprises et associations de notre pays (BECI, UCM, Unizo, UWE et Voka) ont mené une enquête auprès des entreprises, coordonnée par la Banque nationale de Belgique (BNB) et la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). Cette enquête fait partie d'une série de questionnaires organisés depuis mars 2020 pour mesurer l'impact de la crise et des mesures restrictives sur l'activité économique et la santé financière des entreprises. Au total, 3 798 entreprises et indépendants ont répondu à ce questionnaire.

 

Principalement négatif

Les résultats montrent que 46% des employeurs de notre pays estiment que le télétravail obligatoire a un impact négatif léger (36%) à grave (10%) sur la productivité de leurs employés.

Moins d'un responsable sur dix estime que l'utilisation actuelle du télétravail a un effet positif sur la productivité de ses employés.

Ces résultats ne sont pas très encourageants, si l'on considère que depuis la mi-octobre de l'année dernière, le télétravail est (à nouveau) obligatoire dans les entreprises belges. Concrètement, 30 % des salariés télétravaillent à temps plein, tandis que 13 % travaillent à temps partiel depuis leur domicile.

Le 26 janvier dernier, une nouvelle convention collective interprofessionnelle pour le télétravail (obligatoire) a été conclue au Conseil national du travail. Cette CCT définit de nouvelles lignes directrices pour tous les employeurs belges en termes de politique de télétravail, d'horaires de travail, de conditions de travail, d'avantages financiers et de bien-être au travail.

grafiek telewerk

Secteur financier

L'attitude des employeurs varie selon le secteur. Dans le secteur financier, près de 70 % des employeurs pensent que le travail à domicile nuit à la productivité. Dans le secteur de l'information et de la communication, le chiffre est de "seulement" 50%. Dans la plupart des secteurs manufacturiers, les employeurs constatent également un effet négatif sur la productivité.

Dans le secteur du conseil, les employeurs sont moins critiques. Là, 19% des entreprises estiment qu'il y a un effet positif léger ou fort sur la productivité de leurs employés.

Auteur : Geer Van Cauwenberge

Source : La Banque Nationale

 

HSE

senTRAL

Tout sur l'environnement, la sécurité et le bien-être au travail