Rapport sur les défis liés à la saison d’impôt  de Wolters Kluwer 2021
Fiscalité et comptabiliténovembre 01, 2021

Rapport sur les défis liés à la saison d’impôt de Wolters Kluwer 2021

Près de la moitié des cabinets ayant répondu au sondage ont dû faire appel à des ressources externes pour répondre à la demande.

Plus d’autres constatations importantes provenant de notre rapport sur la saison d’impôt 2021.

Pour une deuxième année consécutive, les comptables professionnels au sein de cabinets de toutes tailles ont dû adopter un modèle de travail à la maison pendant la saison d’impôt 2020 en raison de la crise sanitaire de la COVID-19. Même s’ils étaient plus habitués aux conditions inhabituelles, bon nombre d’entre eux ont quand même trouvé difficile de répondre à la demande en cette période toujours stressante et chargée.

Wolters Kluwer a réalisé son sondage annuel afin de déterminer dans quelle mesure les comptables professionnels du Canada ont réussi à relever les défis associés au travail à distance, à la dotation en personnel, à la gestion des clients et au service à la clientèle, à la gestion du flux de travail ainsi qu’à la technologie auxquels ils ont été confrontés pendant la période de l’année où ils sont le plus occupés.

Nous avons mené un sondage exhaustif d’après saison d’impôt en ligne auprès de participants de l’ensemble des provinces canadiennes et du Yukon, où 34 % des répondants provenaient de moyens et grands cabinets (6 employés à temps plein ou plus), 28 % provenaient de petits cabinets (de 1 à 5 employés) et 30 % étaient des propriétaires uniques.

Vous trouverez ci-dessous un bref aperçu de nos constatations. Pour en apprendre davantage, consultez notre rapport complet

Les gens ont encore dû s’adapter au travail à la maison.

En cette deuxième année de la pandémie, on aurait pu s’attendre à ce que les comptables professionnels aient trouvé plus facile de travailler à distance que par le passé. Ce qui est intéressant, c’est que notre sondage a révélé que le nombre de personnes qui se sont adaptées facilement aux exigences du travail à la maison a baissé de 4 % par rapport au résultat de 77 % de l’année dernière. Cela pourrait être dû au fait que cette saison d’impôt a été plus compliquée que la précédente en raison des subventions gouvernementales que les clients ont reçues et des dépenses de travail à domicile qui pouvaient être déduites pour la première fois.

De même, un plus grand nombre de comptables professionnels ont indiqué avoir eu de la difficulté à effectuer le suivi des déclarations de revenus et du flux de travail. Cela peut être attribuable à des facteurs tels que le fait qu’ils ont été occupés par les nouvelles tâches requises cette année, comme la collecte des renseignements liés aux subventions gouvernementales de leurs clients (feuillets T4 et T4E) et à leurs revenus provenant d’emplois secondaires (lesquels doivent être déclarés sur le formulaire T2125 de l’ARC).

D’un autre côté, nos répondants ont trouvé plus facile cette année d’échanger des renseignements et de collaborer. Il est fort possible que ce soit parce qu’ils connaissaient mieux les nouvelles technologies introduites l’année précédente pour faciliter leur travail à distance. Il se peut aussi qu’ils aient ajouté d’autres innovations et systèmes pour simplifier encore davantage le processus de préparation de déclarations de revenus dans un environnement à distance. Quoi qu’il en soit, c’est de bon augure pour l’avenir étant donné que l’on s’attend à ce que plusieurs cabinets augmentent la quantité de travail effectué à distance une fois la pandémie terminée afin d’offrir une plus grande flexibilité à leurs employés et à leurs clients.

La pression était accrue sur le personnel pour répondre à la demande.

Pour cette saison d’impôt, l’ARC a apporté toutes sortes de changements précipités par la pandémie. Entre autres, l’ARC a annoncé deux nouvelles méthodes pour déduire les dépenses de travail à domicile et a introduit la ligne 31350, qui permettait aux gens de demander un crédit d’impôt fédéral non remboursable de 15 % jusqu’à concurrence de 500 $ sur les montants payés en 2020 pour les frais d’abonnements admissibles1.

Il fallait également tenir compte de la PCU étant donné que des millions de Canadiens ont reçu des prestations gouvernementales liées à la COVID-19 en 2020.

Le tout a engendré plus de paperasse et encore plus de stress pour les comptables, en particulier quand on sait que le gouvernement n’a pas accordé de report de la date limite de production des déclarations comme il l’avait fait l’année précédente.

Qu’ont fait les comptables professionnels ayant répondu au sondage pour aider leurs employés à répondre à la demande croissante? Selon notre sondage, les cabinets comptables ont davantage fait appel à des ressources externes. Cette année, 48 % des cabinets ont embauché des employés à temps partiel ou ont fait appel à des ressources externes pour répondre à la demande par rapport à 31 % l’année passée. Cette solution a été utilisée le plus souvent par les moyens et grands cabinets qui ont choisi cette option 57 % du temps.

Sur une note positive, notre sondage a révélé que davantage de cabinets ont trouvé que leur personnel était bien formé pour la préparation des déclarations de revenus, ce pourcentage ayant grimpé à 81 % par rapport à 66 % l’année passée. Cela peut être dû au fait que la formation ayant été mise en œuvre l’année dernière, dans des domaines comme les nouvelles technologies, a finalement porté fruit.

Comme lors des saisons d’impôt précédentes, il existe encore des occasions pour plusieurs cabinets de réduire leur dépendance à l’égard de la saisie inutile de données (37 % des répondants ont encore ce problème, ce qui correspond au même pourcentage que l’année dernière) grâce à des outils qui permettent d’automatiser le processus, comme le service Préremplir ma déclaration de l’ARC, qui est actuellement utilisé par seulement 70 % de tous les répondants au sondage.

Bon nombre des problèmes passés liés à la gestion des clients et au service à la clientèle sont encore présents.

Les clients veulent obtenir un niveau de service constamment élevé tout au long de l’année, y compris pendant la saison d’impôt.

Qu’a révélé notre sondage concernant la gestion des clients et le service à la clientèle pendant le processus de préparation de déclarations de revenus des particuliers?

Principalement que 73 % des répondants au sondage ont indiqué que le niveau de service à la clientèle n’a pas diminué par rapport aux saisons précédentes.

Pourquoi?

Dans l’ensemble, moins de comptables ont eu besoin de rappeler à leurs clients de fournir des renseignements manquants (63 %) que l’année précédente (73 %), une différence plus marquée en ce qui concerne le segment des moyens et grands cabinets (59 % par rapport à 89 % l’année passée). Cela laisse supposer qu’un plus grand nombre de cabinets profitent des applications de signature électronique et des portails, ainsi que d’un logiciel de gestion de cabinet qui envoie automatiquement des rappels aux clients afin qu’ils n’aient pas besoin de le faire.

De plus, un nombre encore plus important de répondants ont indiqué qu’ils stockent les renseignements à un seul endroit (79 % par rapport à 71 % l’année passée). Une base de données client centralisée et basée sur l’infonuagique permet de simplifier la vie des employés parce qu’ils n’ont pas à saisir les mêmes renseignements à plusieurs endroits.

Les cabinets accélèrent le rythme et demeurent sur la bonne voie.

Pendant la saison d’impôt, les cabinets doivent fonctionner comme des machines bien huilées afin de s’assurer que tout est terminé à temps en exerçant le moins de pression possible sur les employés. Cela commence par une gestion efficace du flux de travail de la saison d’impôt.

La saison dernière, davantage de cabinets ont fait appel à des ressources externes pour répondre à des questions fiscales complexes qui ont pu surgir en raison des changements fiscaux précipités par la pandémie. Sans le recours à ces ressources externes, le flux de travail aurait pu être bloqué pendant que le personnel attendait des réponses au sein du cabinet. Ces cabinets tireraient aussi profit d’outils de recherche exhaustifs, comme CCH AnswerConnect, qui leur permettent d’avoir les renseignements au bout des doigts.

Les répondants au sondage ont indiqué qu’ils sont généralement assez satisfaits du rythme du flux de travail et du suivi de la facturation des clients (69 % et 72 %, respectivement). Cependant, dans les deux cas, des améliorations peuvent encore être apportées, particulièrement en ce qui concerne les cabinets qui n’utilisent pas actuellement un logiciel de gestion de cabinet. Un tel logiciel comporte souvent une fonctionnalité intégrée qui envoie automatiquement les factures aux clients une fois que leurs déclarations de revenus sont terminées.

Le rythme du flux de travail peut également être amélioré grâce à une compréhension approfondie du flux de travail, à une meilleure définition des règles et des responsabilités des employés et au déploiement des plus récentes innovations technologiques. Par exemple, les cabinets se tourneront bientôt vers l’apprentissage machine, une forme d’intelligence artificielle, pour ouvrir des « avenues qu’il nous était jusque-là impossible d’imaginer »2 . L’apprentissage machine les aidera à analyser les périodes de la journée où le flux de travail est le plus efficace ainsi que le temps de travail prévu pour que le personnel prépare les déclarations, et à prévoir l’horaire de leurs employés afin de mieux répondre aux besoins des clients.

La technologie continue de transformer le monde de la comptabilité.

Infonuagique, portails, technologie de signature électronique; ce ne sont là que quelques-unes des innovations qui ont changé le monde de la comptabilité.

Pratiquement le même pourcentage de répondants à notre sondage que l’année dernière (81 %) croient que la technologie a changé leur façon de travailler. De plus, 6 % de moins (66 % par rapport à 72 % l’année passée) utilisent des moteurs de recherche comme Google, ce qui signifie qu’ils se fient à des sources de renseignements plus fiables, notamment CCH AnswerConnect.

Plus important encore, la technologie facilite l’échange de documents et la conservation des talents. Dans ce dernier cas, elle permet également aux cabinets d’attirer et d’embaucher des employés provenant d’une zone géographique plus vaste, en éliminant la nécessité de se limiter aux bassins de talents locaux.

Apprenez-en encore plus dans le sondage concernant les défis de la saison d’impôt 2021.

Ce ne sont là que certains des renseignements utiles que nous avons découverts grâce à notre sondage concernant les défis de la saison d’impôt 2021. Pour en apprendre encore davantage, lisez le rapport complet dès maintenant!

Références :

  1. https://financialpost.com/personal-finance/taxes/paying-your-taxes-in-the-age-of-covid-19-heres-what-every-canadian-needs-to-know
  2. https://www.cpacanada.ca/fr/ressources-en-comptabilite-et-en-affaires/domaines-connexes/technologies-et-gestion-de-linformation/publications/incidence-ia-sur-comptabilite-finance
Wolters Kluwer Canada
Wolters Kluwer Canada

Wolters Kluwer est une société internationale de premier plan qui fournit des informations, des solutions logicielles et des services aux professionnels actifs dans les secteurs des soins de santé, de la comptabilité, du droit, de la fiscalité, de la finance, de l’audit, des risques, de la conformité et de la réglementation.


Back To Top