mauvais payeurs
Fiscalité et comptabilité 10 septembre, 2019

3 conseils pour éviter les mauvais payeurs

Les mauvais payeurs ne sont pas seulement une épine dans le pied de l’administration, ils minent également la trésorerie de l’entreprise. Pour éviter les mauvais payeurs, il vaut mieux que vous appliquiez une gestion des débiteurs stricte mais juste.

Un examen approfondi de la solvabilité de vos clients et prospects peut déjà éviter pas mal de problèmes (et d’arriérés de factures). En outre, il existe un certain nombre de mesures permettant de réduire les risques de paiement tardif.

La nécessité d'une gestion des débiteurs stricte

Votre entreprise a déjà eu affaire à des mauvais payeurs ? Vous en supporterez tôt ou tard les conséquences financières. La trésorerie reste en retard sur le chiffre d'affaires encodé, vous devez emprunter à un taux élevé pour respecter vos propres obligations financières ou devez demander un report de paiement auprès des fournisseurs. En résumé, votre entreprise est prise dans la spirale négative qui, outre vous coûter de l'argent, peut également endommager votre image.

Il vaut mieux prévenir que guérir

Une gestion des débiteurs stricte est nécessaire pour éviter justement les arriérés de paiements. Cela va bien plus loin qu'une administration stricte et un suivi méticuleux des payeurs tardifs. Il vaut mieux prévenir que guérir. Vous pouvez prendre un certain nombre de mesures permettant de réduire le risque de mauvais payeurs.

1) Évaluation de la solvabilité

Grâce à une évaluation approfondie de la solvabilité, vous pouvez estimer si un client ou prospect est fiable ou pas. Il vaut mieux laisser de côté les prospects qui ont un mauvais score de solvabilité, ou alors convenir d’accords de paiement très clairs. Établissez éventuellement une limite de crédit pour les débiteurs à risque. Ceci est uniquement possible s'il y a suffisamment de confiance entre les deux parties.

2) Conditions générales limpides

Les conditions générales sur la facture doivent être claires et sans équivoque. Lorsque vous convenez des accords clairs et liez d'éventuelles sanctions aux défauts de paiement, vous serez préparé si jamais quelque chose devait mal se passer. Quelques points d'attention :

  • Reprenez une clause de résiliation expresse afin, le cas échéant, de mettre fin à l'accord.
  • Essayez de convenir d'un délai de paiement de 15 à 30 jours. Ne donnez pas plus que 60 jours.

3) Facturation électronique

Si vous facturez électroniquement, le risque de perte de facture par les clients est exclu. En outre, cela facilite le paiement : les factures peuvent notamment être encodées directement via le logiciel de comptabilité du client et être préparées pour paiement. Vous pouvez envoyer les factures tant au format PDF que e-fff UBL.

Malgré tout, cela se passe mal ? Voici comment traiter les mauvais payeurs

Malgré vos mesures de prévention, il se peut que des clients paient toutefois leur facture en retard. Dans ce car, une solution sécurisée est un must. Vous apprendrez dans notre blog "Traiter les débiteurs défaillants : envoyez les rappels de paiement parfaits" comment conserver l'équilibre entre le service à la clientèle et une approche de recouvrement juste.

 
Solution complète pour les PME
Suite Adsolut
Gestion de PME et comptabilité, tout en un