ESG Blog
Finance 09 mars, 2022

L'ABC du reporting ESG : Quels sont les rapports ESG et de développement durable ? Pourquoi sont-ils essentiels ? Et que doivent savoir les directeurs financiers à ce sujet ?

Lisez ce blog pour en savoir plus sur les rapports ESG

En matière de durabilité et de stratégies ESG, les entreprises sont passées de l'utilisation de pailles compostables à l'intégration de la durabilité dans leurs pratiques commerciales, leurs processus, le développement de leurs produits, leurs opérations et leur stratégie.

De nombreuses organisations remanient leurs modèles commerciaux, réorganisent leurs structures d'entreprise et consacrent beaucoup de temps, d'argent et de ressources à l'intégration de la durabilité dans leurs stratégies de base. Grâce à cet investissement, beaucoup en sont venus à considérer les rapports environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) non pas comme un fardeau réglementaire, mais comme un outil pour attirer les investisseurs et les financements.

Bien sûr, les entreprises veulent faire le bien et être éthiques et responsables. Mais elles veulent aussi briller aux yeux du public, se démarquer de la concurrence et attirer les investisseurs et les financements. La communication des rapports de performances ESG est un moyen d'y parvenir.

Avant que quiconque puisse commencer à préparer ses processus pour la conformité ESG, nous devons renforcer notre compréhension de l'ESG, de ce qui la différencie des efforts de durabilité et de RSE, et de ce qu'elle signifie pour les investisseurs et pour les directeurs financiers d'aujourd'hui.

Qu'est-ce que le reporting ESG ?

Le reporting ESG est la divulgation de données environnementales, sociales et de gouvernance d'entreprise. Comme toutes les divulgations, son objectif est de faire la lumière sur les activités ESG d'une entreprise tout en améliorant la transparence pour les investisseurs et en incitant d'autres organisations à faire de même. Les rapports sont également un moyen efficace de démontrer que vous atteignez vos objectifs et que vos projets ESG sont authentiques, et non pas un simple blanchiment écologique, des promesses vides ou des vœux pieux.

Étant donné que les rapports ESG résument les avantages qualitatifs et quantitatifs des activités ESG d'une entreprise, les investisseurs peuvent filtrer les investissements, les aligner sur leurs valeurs et éviter les entreprises présentant un risque de dommages environnementaux, de faux pas sociaux ou de corruption.

Quelle est la différence entre ESG et durabilité ?

Les termes ESG et durabilité sont parfois utilisés de manière interchangeable, mais il existe des différences notables.

- D'une manière générale, la durabilité fait référence à la relation d'une entreprise avec l'environnement, tandis que l'ESG étend cette relation à la responsabilité sociale et à la corruption.

- L'ESG est un cadre d'investissement externe, ou une forme de métrique, qui aide les entreprises à communiquer leurs initiatives et les investisseurs à évaluer les performances et les risques de l'entreprise. D'autre part, la durabilité est considérée comme un cadre interne qui guide les investissements en capital de l'organisation. En d'autres termes, la durabilité est la motivation, l'ESG est le résultat rapporté.

- Puisque l'ESG est un cadre de rapport, il est plus pertinent pour les sociétés cotées en bourse qui cherchent à attirer et à informer les investisseurs ou toute autre entreprise qui cherche à attirer des financements.

Quelle est la différence entre l'ESG et la RSE ?

L'ESG aspire à être un ensemble de normes de divulgation que les entreprises remplissent pour communiquer sur leurs initiatives de durabilité. Les parties prenantes, comme les investisseurs, utilisent les rapports ESG pour filtrer leurs investissements. La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un modèle économique dans lequel les activités d'une entreprise améliorent le monde qui l'entoure.

Par exemple, le détaillant américain Patagonia a une RSE très forte. Tout ce que l'entreprise fait est régi par sa RSE. Elle encourage la consommation consciente à un point tel qu'elle sacrifierait ses revenus pour ses valeurs. Au lieu de promouvoir les ventes, l'entreprise offre des services de réparation pour ses produits, encourageant la longévité plutôt que la consommation. Elle revend ses produits usagés. Enfin, elle se rebelle activement contre les modèles commerciaux de la fast fashion, en veillant à ce que ses matériaux soient durables et à ce que ses ressources humaines soient rémunérées à un salaire décent.

Quel est l'état actuel du reporting ESG ?

Le 7 juin 2021, les ministres des finances du G7 ont annoncé leur engagement à rendre obligatoire la production de rapports sur le climat, conformément aux recommandations de la Taskforce on Climate-related Financial Disclosures (TCFD). Bien qu'il n'existe pas encore de norme universelle, le reporting ESG existe sous la forme de cadres de reporting régionaux, de normes volontaires et de législations nationales qui varient considérablement. Souvent, les organisations intègrent les rapports ESG dans leurs rapports annuels afin de démontrer le caractère durable de l'entreprise.

Que comprennent les rapports ESG ?

Les rapports ESG comprennent des informations qualitatives et quantitatives relatives à ses trois sujets clés.

Environnement : Que fait une organisation pour être un gardien de l'environnement ? L'aspect environnemental couvre :

  • La manière dont une entreprise lutte contre le changement climatique ;
  • Les mesures prises par l'entreprise pour réduire les émissions de carbone ;
  • La manière dont l'entreprise préserve la biodiversité, améliore la qualité de l'air et de l'eau, lutte contre la déforestation ou gère ses déchets de manière responsable ;
  • Comment l'entreprise utilise-t-elle les ressources et sa chaîne d'approvisionnement de manière responsable ?
  • Que fait l'entreprise pour réduire ses émissions ?

Social : Que fait une organisation pour améliorer la vie des gens ? L'aspect social couvre :

  • La manière dont une entreprise prend soin de son personnel et de son lieu de travail ;
  • Les initiatives en faveur de l'intégration des femmes, des personnes handicapées et des personnes LGBTQ+ ;
  • L'engagement des employés de l'entreprise ;
  • La protection des données et de la vie privée ;
  • L'engagement communautaire ;
  • Droits de l'homme et normes du travail.

Gouvernance : Que fait une organisation pour rester en tête de l’incorruptibilité et garantir que ses investissements restent durables à l'avenir ? La gouvernance couvre :

  • Les contrôles internes d'une entreprise ;
  • Les politiques, principes et procédures régissant le leadership, la composition du conseil d'administration, la rémunération des dirigeants, la structure du comité d'audit, les droits des actionnaires, la corruption, le lobbying, les contributions politiques et les programmes de dénonciation.

Qu'est-ce qu'un score ou une note ESG ?

L'ESG étant devenu une priorité pour les investisseurs et les entreprises, la notation ESG vise à classer les organisations en fonction de leurs efforts en matière d'ESG. À l'instar d'une note de crédit ou d'une cote obligataire, un score ESG indique la capacité d'une entreprise à respecter ses engagements ESG, ses performances et son exposition au risque.

Attribués par des fournisseurs tiers, les scores ESG sont calculés sur la base d'un ensemble de paramètres ESG. Chacun de ces organismes utilise un ensemble de critères différents pour noter les organisations.

Qui attribue les notes ESG ?
Il existe un certain nombre de fournisseurs tiers qui attribuent des scores ESG. Parmi les organisations notables, citons

Que sont les réglementations ESG ?

Actuellement, l'UE dispose de l'ensemble le plus sophistiqué de réglementations ESG, qui ont été développées pour aider l'UE à accroître l'investissement durable et à faire avancer le "Green deal" de l'UE, qui est la promesse de l'UE de combattre le changement climatique et la dégradation de l'environnement par les moyens suivants notamment :

  • Eliminer les émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici 2050 ;
  • Découpler la croissance économique de l'utilisation des ressources ;

Afin d'atteindre ses objectifs climatiques, l'UE dispose actuellement du cadre le plus établi en matière de réglementation ESG. La stratégie s'articule autour de deux piliers :

1. Un réaménagement des incitations pour les marchés financiers et la gouvernance d'entreprise. Ces aspects sont principalement couverts par le programme de finance durable et l'initiative pour une gouvernance d'entreprise durable.

2. La transparence des impacts ESG, bons et mauvais, des activités d'une organisation et de ses initiatives de durabilité.

Ce dernier point implique directement le reporting ESG, qui commence à être réglementé :

La taxonomie de l'UE
La taxonomie de l'UE est un système de classification des activités économiques écologiquement durables. La taxonomie européenne vise à fournir aux entreprises, aux investisseurs et aux décideurs politiques des définitions standard de ce qui est considéré comme écologiquement durable. Cela permettrait d'empêcher les entreprises d'écologiser leurs produits ou leurs activités, d'encourager les activités durables et de canaliser les investissements vers les organisations les plus durables.

Le règlement sur la divulgation des informations relatives au financement durable (SFDR)
Connu sous le nom de SFDR, ce règlement définit les obligations de divulgation que les organisations doivent suivre pour démontrer comment elles prennent en compte les risques liés à la durabilité dans leur prise de décision, et comment elles rendent compte de leur stratégie, de leurs objectifs et des impacts ESG aux investisseurs. Ce règlement est entré en vigueur en mars 2021.

Dans le SFDR, les participants aux marchés financiers (PMF) doivent divulguer 18 indicateurs obligatoires et en choisir au moins deux autres parmi 46 indicateurs facultatifs. Ces indicateurs sont basés sur la déclaration des principaux impacts négatifs sur le développement durable (Principal Adverse Sustainability Impacts Statement - PAIS) et exigent que les entreprises se soumettent à un nombre important d'analyses de données.

Le règlement sur la divulgation des informations relatives au financement durable (CSRD)
La CSRD est la version révisée du règlement de l'UE, la directive sur les rapports non financiers (NFRD), une norme qui fixait les règles de divulgation des informations non financières et sur la diversité par les grandes entreprises. La CSRD est la version révisée et plus stricte de la NFRD et devrait entrer en vigueur en 2022/2023.

Au moment de la rédaction du présent document, les règles de la NFRD exigent que toutes les grandes entreprises et toutes les sociétés cotées en bourse fournissent les informations minimales suivantes :

  • Une brève description du modèle économique de l'entreprise ;
  • Les résultats des politiques ;
  • Les principaux risques liés aux activités de l'entreprise, comprenant : ses relations d'affaires, ses produits ou services susceptibles d'avoir des effets négatifs dans ces domaines, et la manière dont l'entreprise gère ces risques ;
  • Les indicateurs clés de performance non financiers.

Une version modifiée de la directive NFR a également été transposée dans la loi slovaque sur la comptabilité n° 431/2002 Coll.

Quels sont les autres cadres ESG notables ?

À l'heure actuelle, les entreprises disposent d'une grande marge de manœuvre en matière de divulgation d'informations ESG. Dans de nombreux cas, elles sont libres de présenter les informations ESG de la manière qu'elles jugent la plus utile. Cela dit, l'utilisation de cadres reconnus est recommandée. En voici quelques-uns :

La Global Reporting Initiative (GRI) est un cadre qui aide les entreprises à divulguer l'impact positif et négatif de leurs activités sur l'environnement, l'économie et la société. La GRI a pour objectif d'aider les entreprises à communiquer leurs impacts ESG et la manière dont elles gèrent ces impacts. La GRI est le cadre ESG le plus référencé parmi toutes les industries, recevant 83% du total des références aux cadres ESG.

Le Sustainability Accounting Standards Board (SASB) est un ensemble de normes qui aident les entreprises à collecter et à partager les données ESG qui affectent les décisions commerciales de l'entreprise et à expliquer l'impact financier de la durabilité. Il convient de noter que la GRI et le SASB ont uni leurs forces en 2020 et ont depuis publié un guide sur la façon dont les organisations peuvent utiliser les deux normes ensemble. La GRI est connue pour son champ d'application de haut niveau, tandis que le SASB donne aux entreprises des directives spécifiques à l'industrie en utilisant un prisme financier.

La Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) est un cadre qui fournit des recommandations fondées sur des principes pour la gestion et la communication d'informations axées principalement sur les risques climatiques. Il se concentre principalement sur les divulgations des risques financiers liés au climat pour aider les banques, les actionnaires et les investisseurs à examiner minutieusement les efforts ESG d'une organisation.

Le Carbon Disclosure Project (CDP) est un organisme international à but non lucratif qui se consacre à la création de normes que les entreprises peuvent utiliser pour divulguer des informations relatives aux émissions de gaz à effet de serre, à l'utilisation de l'eau et à la foresterie. Cet ensemble de normes a aidé les entreprises ainsi que les organisations gouvernementales des villes, des États et des régions à divulguer leurs efforts de décarbonisation et de protection de l'environnement.

Streamlined Energy and Carbon Reporting (SECR) est un cadre créé par le gouvernement britannique qui guide les organisations sur la manière de rendre compte de leurs émissions de carbone et de leur consommation d'énergie sur une base annuelle. L'objectif de ce cadre est de rationaliser les cadres de déclaration de carbone existants pour une plus grande transparence et une meilleure comparabilité, tout en permettant aux entreprises de surveiller et de réduire plus facilement leurs émissions de carbone.

La Workforce Disclosure Initiative (WDI) est un collectif d'investisseurs qui s'est constitué pour aider les entreprises à communiquer leurs pratiques de travail aux parties prenantes. Elle vise à améliorer la transparence et la responsabilité en matière de main-d'œuvre en fournissant aux entreprises un cadre pour la divulgation de données complètes et comparables sur la main-d'œuvre.

Dernières réflexions

En 2017, Morgan Stanley a publié une étude selon laquelle 86 % des milléniaux s'intéressent à l'investissement durable, c'est-à-dire à l'investissement dans des entreprises rentables qui exercent leurs activités tout en ayant un impact social ou environnemental positif. L'étude a également révélé que les milléniaux étaient deux fois plus susceptibles que l'ensemble de la population d'investisseurs d'investir dans des entreprises ciblant des objectifs sociaux ou environnementaux, et que 72 % de la génération Z croyait que l'investissement responsable pouvait améliorer les résultats en matière de durabilité.

Cinq ans plus tard, on peut affirmer sans risque de se tromper que la durabilité est devenue l'une des priorités dominantes dans l'esprit de l'investisseur, et qu'elle est étroitement liée à la perception qu'a l'investisseur de la rentabilité à long terme d'une entreprise.

Avec 80% des entreprises N100 dans le monde qui publient des rapports sur le développement durable, un cadre mondial pour l'ESG est une question de temps, pas de possibilité.

Dans les semaines à venir, nous continuerons à explorer l'ESG dans une série de blogs qui couvrira tout, depuis ce que les investisseurs recherchent dans les rapports ESG jusqu'à la manière d'améliorer votre bulletin ESG.

Pour savoir comment CCH Tagetik peut vous aider à rationaliser vos rapports ESG tout en améliorant vos plans ESG, contactez-nous.  

Back To Top