harcèlement au travail
Conformité22 février, 2021

Les dossiers de harcèlement diminuent-ils grâce au télétravail ?

On aurait pu s’attendre à ce que l’absence de contacts physiques entre collègues pendant la pandémie ait un impact positif sur le nombre de cas de conflits et de harcèlement sur le lieu de travail. Malheureusement, les analyses d’IDEWE ne vont pas dans ce sens. Au contraire : la crise du coronavirus et les mesures (de confinement) qui l’accompagnent donnent parfois lieu à des tensions et à du harcèlement en ligne.

En octobre 2020, le gouvernement fédéral a durci son approche de la pandémie de coronavirus. Une des mesures prises avait alors été de réintroduire l’obligation de télétravail dans les entreprises. Tous ceux qui ont la possibilité de travailler à domicile doivent le faire. Toute personne qui continue à se rendre sur son lieu de travail doit pouvoir présenter une attestation confirmant que sa présence est nécessaire.

Mais cette nouvelle norme a pour le moment eu peu d’incidence sur les chiffres du harcèlement au travail.
Les spécialistes du service externe de prévention IDEWE ont traité plus ou moins le même nombre de dossiers de conflits et de harcèlement en 2020 qu’en 2019. Sur le nombre total de rapports relatifs au bien-être psychosocial au travail, IDEWE a recensé 39,6 % de dossiers de conflits l’année dernière (contre 40 % en 2019) et 14,9 % de dossiers de harcèlement (contre 14,8 % en 2019). Le harcèlement au travail reste donc un phénomène structurel et un véritable défi à relever.

Formes classiques et nouvelles de harcèlement

Aux formes classiques de harcèlement entre collègues (exclusion, rétention délibérée d’informations, rumeurs, insultes, plaisanteries déplacées...) s’ajoutent de nouvelles formes de harcèlement. Ainsi, les conseillers d’IDEWE constatent que certaines personnes sont ciblées parce qu’elles ont des valeurs et des normes différentes face aux mesures relatives au coronavirus.
En outre, dans de nombreuses entreprises et organisations, des conflits naissent entre collègues qui peuvent ou veulent télétravailler et ceux qui ne peuvent ou ne le souhaitent pas. C’est là tout le paradoxe du télétravail, à savoir que télétravail était et reste principalement un privilège pour les travailleurs hautement qualifiés exerçant des fonctions de bureau.
Parmi les autres nouvelles formes de harcèlement inquiétantes, citons le fait d’éviter les collègues qui reviennent de quarantaine ou les conflits entre les travailleurs et leurs supérieurs hiérarchiques qui surveillent davantage leurs équipes.

Une tendance préoccupante : le harcèlement via les réseaux sociaux

La distance physique obligatoire entre collègues n’a en rien diminué le harcèlement. Les équipes parmi lesquelles les relations entre collègues n’étaient pas optimales auparavant sont encore plus divisées en raison du télétravail. Certains travailleurs profitent de la situation pour adopter sans retenue des comportements conflictuels et harcelants, parfois via les réseaux sociaux. Les groupes Teams et Whatsapp peuvent devenir de véritables foyers à rumeurs et médisances.
Heureusement, la crise sanitaire aurait également permis à des équipes très soudées de resserrer les liens entre collègues, qui parviennent ensemble à relever les nombreux défis.

Rôle des supérieurs hiérarchiques

Mais qu’il s’agisse d’équipes divisées au sein desquelles des conflits surgissent régulièrement ou d’équipes soudées composées de collaborateurs qui se soutiennent mutuellement, les supérieurs ont un rôle crucial de facilitateurs et d’inspirateurs à remplir pour améliorer le bien-être et stimuler la motivation des travailleurs. Il est évident qu’ils doivent eux-mêmes toujours montrer le bon exemple (« management by example ») et surtout rester très vigilants pour anticiper le harcèlement, les tensions et les conflits potentiels. Des accords clairs s’inscrivant dans une politique de télétravail sans faille — en partie façonnée par la nouvelle CCT n° 149 relative au télétravail — pourront les aider à cet égard.
HSE

senTRAL

Tout sur l'environnement, la sécurité et le bien-être au travail
Livre blanc
Des travailleur en bonne santé sont votre meilleur atout.
Évitez le burn-out !